91. Orsay

Un climat un peu plus océanique que continental

La région Île-de-France bénéficie d’un climat tempéré modéré par des influences océaniques, avec une température moyenne annuelle de 11 °C.  De façon assez paradoxale, c’est une des régions les plus sèches de France avec 600-700 mm/an en moyenne à Paris par rapport aux 750 mm de moyenne nationale. En revanche, le nombre moyen de jours de pluie (ou neige) est au-dessus de la moyenne nationale et oscille entre 160 et 170 par an…

L’hydrologie d’un grand bassin versant : la région Île-de-France est entièrement comprise dans le bassin versant de la Seine : tous les cours d’eau de la région sont des affluents ou des sous-affluents de la Seine.  Nombre des rivières sont drainées par les grands affluents de la rive droite (Marne, Oise, Epte) ou de la rive gauche (Eure).

Un îlot de chaleur : l’agglomération parisienne produit un îlot de chaleur du à l’omniprésence des surfaces construites, des chauffages urbains ou encore de l’asphalte (www.meteo-paris.com/ile-de-france/climat.html).  L’écart de température entre le centre de Paris et la lointaine banlieue, notamment au S-O, peut dépasser 2°5 en moyenne annuelle ! Et ce phénomène semble s’accentuer depuis les années 80… Cet îlot de chaleur joue un rôle prépondérant en empêchant le brouillard, presque inexistant au centre de Paris mais très fréquent sur les plateaux environnants, d’atteindre le sol et, avec les vents d’ouest dominants, son effet protecteur s’étend assez loin vers l’est. Il a également une conséquence sur le nombre moyen de jours de gel par an : s’il ne gèle pas plus de 15 jours par an au centre de Paris, on dépasse les 40 jours en grande banlieue, sur une zone au-delà de 30 à 40 km du centre de Paris, distance à laquelle se situe la station d’Orsay.

Les vents : l’Île-de-France n’est pas réputée pour être une région très venteuse. Les vents dominants soufflent du S-O (surtout en hiver et en automne) alors que les vents du N-E sont assez fréquents, notamment en hiver et en été. Toutefois, la quasi-absence de reliefs et sa position proche des influences maritimes l’expose à un certain nombre de phénomènes violents avec de fortes rafales de vent observables en toutes saisons, notamment au passage de profondes dépressions sur les Iles-britanniques, la mer du nord et le Bénélux, entre octobre et mars. Les orages peuvent également occasionner de puissantes rafales, notamment en saison chaude. L’IDF est d’ailleurs l’une des régions où les tornades sont les plus fréquentes car les vastes plaines céréalières favorisent les conflits de masses d’air.

RENOIR_ORSAY
RENOIR_ORSAY
RENOIR_ORSAY

L’Île-de-France : une région-capitale la plus peuplée de France

Enfin, l’une des principales caractéristiques de la région est qu’avec une superficie d’environ 12 000 km² (2,2 % du territoire national), l’Île-de-France est l’une des plus petites régions françaises mais la plus peuplée du pays (11,8 millions d’habitants, soit 19 % de la population française).

L’étude des variations des teneurs en isotopes stables des précipitations est d’une importance cruciale pour déterminer la fonction Entrée d’aquifères essentiels pour la fourniture en eau potable ainsi que pour comprendre les conséquences de l’urbanisation (notamment des  îlots de chaleur) sur les ressources en eau et la résilience des hydrosystèmes.

Présentation de la station d’Orsay

La station d’Orsay est installée sur le toit du bâtiment 502 de l’Université Paris-Saclay. Les prélèvements des précipitations ont débuté en 2002. Le pas de temps des échantillonnages est bimensuel.

Depuis juin 2020, une installation pour des prélèvements infra-évènementiels a été faite à côté d’un préleveur PALMEX.

Latitude

Longitude

Altitude

Découvrez nos stations